L'expiation a vu sélectionner les derniers tributs de Panem, mais aujourd'hui après les heures sombres... tout un monde est à reconstruire... Et si nous n'avions pas tiré les leçons du passé...
 

Partagez | 
 

 Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t125-adriane-i-ll-never-give-up-as-long-as-it-s-not-over-i-won-t-give-uphttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t133-adriane-gabrielle-kot
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !

MessageSujet: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 15:18

Adriane Gabrielle Kot

Idéalement, nous sommes ce que nous pensons. Dans la réalité, nous sommes ce que nous faisons.

Informations Générales...

Dossier N°0413906 classifié parmi les Geais Moqueurs.


Le sujet du jour se nomme Adriane Gabrielle Kot, il est âgé de 18 ans bientôt 19. Le sujet est originaire du district 4 et actuellement il séjourne dans le district N°4. Nous avons appris de sources sûres que le sujet est hétéro et actuellement célibataire.
Le sujet est guérisseuse, et est assimilé à la classe sociale moyenne de Panem. Son nom est apparu 8 fois dans les moissons.
Le sujet est affilié à:
- ...
- son frère Jules Kot
- sa tante Azya Kot
- ses parents Marie & Adam Kot
.
Le sujet semble ambitionner de: devenir une des meilleures guérisseuses et mettre un terme à ces jeux.
En outre il a pour particularité d'être un des vainqueurs des Hunger Games. Elle a gagné la 73ème édition.

Dossier médical et critères de reconnaissance du sujet...



PHYSIQUE;

₪ Taille: 1m65
₪ Poids: 50kg
₪ Couleur et longueur des cheveux: Cheveux longs et blonds
₪ Couleur de peau: plutôt blanche mais bronzée en été
₪ Couleur des yeux: verts-marrons
₪ Style vestimentaire: Plutôt normal. Souvent en short ou en jean avec des chaussures confortables. Je portais beaucoup de hauts colorés avant... Avant mes jeux....
₪ Autre chose à nous faire savoir: Elle a un tatouage derrière l'oreille avec le numéro de son district et un nom : André. Celui de son ex petit ami qui est mort juste avant son départ pour les jeux, par sa faute.


SIGNES PARTICULIERS;

₪ Allergie(s): Non
₪ Tatouages(s): Oui, derrière l'oreille avec le numéro de son district et le nom d'André
₪ Cicatrice(s): sur le poignet droit
₪ Opération(s): Pour lui réparer ses bras entièrement en sang
₪ Maladie(s): Non
₪ Piercing(s): Non
₪ Autre(s): Non
CARACTÈRE;

On me dit souvent que je suis froide. Mais ce n'est vrai qu'avec les inconnus. Je suis très méfiante mais une fois qu'on a percé ma carapace, je suis gentille, drôle et surtout hyperactive. Je bouge tout le temps, on me croirait sur le mode "piles éternelles", c'est en tout cas ce que dit mon frère. Je suis plutôt possessive même si je me soigne... Enfin, sauf quand cela concerne mon frère. Je suis une battante et je n'ai pas froid aux yeux. J'ai un fort caractère et quand je suis lancée, on ne m'arrête pas. J'ai une détermination à toutes épreuves mais le problème, c'est que je ne fais pas forcément attention aux moyens pour atteindre mes buts... Ce qui peut être problématique car certaines fois, je pourrais tout sacrifier pour ce que je crois bon. Je ne suis pas égoïste ni égocentrique, enfin je ne crois pas... J'ai un grand coeur et je m'attache parfois trop vite ce qui n'est pas une qualité chez moi car je place trop de confiance et d'espoir dans les autres et je finis presque toujours par être déçue. D'où ma timidité et ma méfiance grandissante. On me dit souvent que je suis un amour et que ma force me vient de ma vocation : guérisseuse. Mais ça me vient aussi de ma participation aux jeux... Ca m'a grandi, renforcée et malgré mes cauchemars et certaines de mes peurs paniques, je ne le montre pas. Je ne pleure presque plus sauf cas EXCEPTIONNELS (comme la mort de mes parents), je me le suis promis et c'est tout. Alors oui, je peut paraître froide mais c'est tout le contraire.

♦️ Vos plus grandes forces; combattante, déterminée, loyale
♦️ Vos plus grandes faiblesses; méfiante, trop confiante, prête à tout pour arriver à son but

Entretien avec le sujet...




JULES KOT

Mon frère, le seul pour qui je ferais tout. Il est âgé de 20 ans maintenant, il a deux ans de plus que moi. Il est marin... Depuis tout petits, nous sommes très proches et au fil des années, nos liens se sont resserrés. Depuis que je suis revenue des jeux, il est le seul à pouvoir m'apaiser et à faire fuir mes cauchemars. Il est le seul à vraiment me comprendre. Lui aussi fait parti de la rébellion et nous en sommes fiers.

AZYA KOT

Ma tante. Elle est presque comme une seconde mère pour moi. Depuis que j'ai 7 ans, je passe une bonne partie de mon temps avec elle. Elle m'a formé au métier de guérisseuse et je suis fière de l'avoir connue. Connue ? Et bien oui, elle est morte dans le dernier bombardement du capitole. Elle faisait partie des médecins qui ont courus soignés les enfants blessés et ils l'ont tué. Le Capitole ? Les rebelles ? Je n'ai jamais su et je préfère ne pas savoir... J'ai peur de ne plus pouvoir croire en rien si j'apprend que c'est notre camp qui l'a tuée.

MARIE & ADAM KOT

Mes parents. Ils étaient tout pour moi. Etaient ? Oui, comme toute ma fille hormis mon frère, ils sont morts. Mon père a été tué pendant mes jeux pour avoir tenté de mener une rébellion trop spontanée. Ils l'ont exécutés et je ne l'ai jamais revu. Ma mère est morte pendant la révolution, de désespoir, en voyant ses deux enfants partir au combat. Elle n'était pas aussi forte que le reste de la famille, ma force, je la tenais de mon père. Ma mère était fragile et elle est morte à cause de moi. Trop de gens meurent autour de moi si vous voulez mon avis...

ANDRE SCHMITT

Mon meilleur ami, mon confident, mon seul amour. Nous nous connaissions depuis notre plus tendre enfance, nous avons grandi ensemble. D'abord meilleurs amis, nous nous disions tout et forcément, on a fini par tomber amoureux. Alors depuis qu'on avait 13 ans, on était ensemble, on était bien même si on était jeunes. Mais l'année de nos 15 ans, j'ai été tirée au sort pour participer au 73ème Hunger Games. J'ai tenté de m'enfuir une fois dans la mairie. Pour me punir, ils m'ont forcé à assister à sa mort après m'avoir laissé lui parler. Ils l'ont pris, l'ont assassiné devant moi et m'ont fait partir aux jeux. Jamais je n'oublierais. Ca m'a détruit. Qui sait si je pourrais aimer à nouveau ?


Entretien psychologique et double personnalité du sujet...





¤ Avec ou sans Hunger Games? Sans
¤ Les enfants c'est mignons...
¤ Quelle couleur? Bleu
¤ Une arme? Couteaux
¤ Le courage c'est une force
¤ Bien ou mal? Bien
¤ La gentillesse, la compassion c'est important
¤ Sucré ou salé? salé
¤ La hiérarchie pour toi c'est respectable
¤ Fidèle ou infidèle? fidèle
¤ La rancune pour toi c'est inutile
¤ Hommes ou femmes? hommes
¤ Le sexe pour toi c'est de l'amour
¤ La religion pour toi c'est inutile
¤ La rébellion pour toi c'est ma vie
¤ Tension ou passion? passion
¤ L’honnêteté c'est... la chose la plus importante du monde
¤ Seul ou accompagné? accompagnée
¤ La confiance pour toi c'est dangereux
¤ Le jour ou la nuit? jour
¤ L'amour c'est beau
¤ Juge, jury ou bourreau? aucun !
¤ Le mot de la fin? Et puisse le sort vous être favorable !
[i]Au joueur/A la joueuse de nous parler de lui à présent.

₪ Prénom ou Pseudo; Marine mais sur internet Little Miss Wow ♥️
₪ Âge; 16 ans depuis le 13 Mars héhé Smile
₪ D'où viens-tu?; Sarthe
₪ Que penses-tu du forum? GENIAL
₪ Que penses-tu du design ? Sympa :love:
₪ Comment as-tu atterri ici? Avec PRD
₪ Double compte? (cf.règlement) Non
₪ Votre avatar? Taylor Momsen de n'amuuuuuuuuuuuuur
₪ S. Collins et moi? On s'aiiiiiiiiime !
₪ Autre chose à ajouter? Joyeux Hunger Games !
₪ As-tu signé le règlement ?
Spoiler:
 
₪ Que faire de moi?
Spoiler:
 
₪ Voulez-vous être parrainé? Non mais je veux bien être marraine Wink (j'aime les gens et je serais comme marraine la bonne fée ^^)
₪ LE CODE DU REGLEMENT;


_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________


«I want to told you that you must be happy, continue, fight. If I'm dead in the games, fight for the others, for making that never happened again. You're strong, the strongest person I know and I believe in you. You can do everything you want. But I need you to keep our child promise : "I will never give up what I think is good". Do it, fight for what you believe in. Even where I am now, I'm looking after you, I believe in you.
I'm looking after your my princess.» André.
♥️


Dernière édition par Adriane G. Kot le Mer 16 Mai - 15:03, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t125-adriane-i-ll-never-give-up-as-long-as-it-s-not-over-i-won-t-give-uphttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t133-adriane-gabrielle-kot
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 15:19



L'ENFANCE DU SUJET:

D'où viens-tu? Où et comment as-tu grandi? Des choses marquantes durant ton enfance?


Je suis née en 2135. Le 9 juin par un beau jour d'été. Mes parents étaient heureux, Jules, mon grand frère de deux ans aussi.
J'ai eu une enfance facile même si nous n'étions pas parmi les plus riches. Mon père était marin, ma tante guérisseuse et elle nous aidait. Au départ, je pensais faire le même métier que mon père mais un jour, j'ai vu un marin se blesser et ma tante faire des miracles alors j'ai décidé que je ferais comme elle.
Dès mes 7 ans, elle m'a pris sous son aile et a commencé à tout m'apprendre de son métier. C'était passionnant. Je me sentais enfin utile, je pourrais sauver des vies. C'est ce qui me faisait vraiment plaisir et j'en étais fière. Alors que les autres enfants pleuraient au premier bobo, moi, je venais les soigner comme une pro.

Côté Hunger Games, mes parents ont toujours voulu m'en protéger mais bien vite, vers mes 6 ans, j'ai trouvé le moyen de regarder, juste par curiosité. Mais dès ma première année, j'ai pu cerner le niveau de barbarie de ces soit-disant "jeux". Le sang, la violence de ses enfants... Je ne voulais SURTOUT pas devenir comme ça. Alors j'ai préféré grandir en oubliant ces Hunger Games se déroulant une fois par an. J'étais une petite fille joyeuse, sans histoire. Jeux, école, guérisseuse, amis... C'était à ça que se résumaient les 11 premières années de ma vie et ça m'allait parfaitement. J'étais très heureuse comme ça.

LES ANNÉES DE MOISSONS:

Comment s'est passée ton adolescence? La puberté et tous ces changements? La libido qui se réveille? Étais-tu un ado difficile? Croquais-tu la vie à pleine dent? Et la sexualité dans tout ça? Tes rapports avec l'autre sexe? Comment as-tu vécu tes moissons? La vision des Hunger Games? Était-ce un soulagement de ne pas avoir été un tribut ? As-tu au contraire été un tribut? Si oui, comment as-tu vécu l'arène, les morts, la sélection, la préparation? Comment en es-tu ressortis physiquement et moralement? Tribut ou non qu'elle est aujourd'hui ta vision du monde? Sinon parles-nous de ce que tu as ressenti à regarder les tiens mourir dans l'arène?...


Ma première moisson était vite arrivée. Trop vite à mon goût mais mon frère me rassura bien vite. Mon nom était inscrit deux fois et même lui, en deux ans, n'avait jamais été choisi alors pourquoi cela tomberait-il sur moi ? En effet, nos noms étaient inscrits deux fois par an puisque nous prenions un Tesserae chacun chaque année. Nous n'étions pas pauvres comparés à certaines personnes de notre district mais nous avions quand même quelques difficultés à nous nourrir parfois. Malgré que mon frère n'ait pas voulu m'en laisser prendre, je ne l'ai pas écouté et me suis inscrite. Et oui, j'affirmais encore plus mon caractère !
Mais lors de ma première moisson, ma plus grande peur n'était pas d'être choisie mais plutôt qu'un de mes amis le soit... Comme André par exemple. Mon meilleur ami, mon confident et dès nos 13 ans, mon amoureux. C'était arrivé comme ça. Depuis toujours, nous étions très proches et on a fini par tomber amoureux alors on s'est embrassé et... Et puis voilà !

Mes premières années de moisson se sont passées normalement. Bien sûr, les tributs qui partaient, je les connaissais au moins de nom ou de vue et je ressentais toujours un pincement au coeur mais d'un autre côté, j'étais soulagée.
Et puis j'ai eu 15 ans. 15 ans c'est jeune non ? La veille, je m'étais occupée de la même manière que tous les autres jours, passant ma journée à la plage avec André. On avait discuté, de tout, de rien. On était amoureux, tout le monde le savait et on nous aimait bien. Alors je suis venue sereine à la moisson. Pourquoi cela tomberait-il sur moi ? La question que je ne m'étais pas posée était bien sûr : pourquoi cela ne tomberait-il PAS sur moi ? Mais je n'avais pas peur. Mon nom était inscrit 8 fois et je m'en fichais. André me tint la main jusqu'à ce que l'on doive se séparer, me promettant qu'on se retrouverait juste après...
Je me plaçais parmi les filles de 15 ans et écoutais la bonne femme du Capitole s'exciter sur l'estrade. Un film du Capitole passa, comme tous les ans puis elle nous fit son spitch habituel, nous présenta nos mentors : Finnick Odair et Mags. Elle se dirigea ensuite vers l'urne transparente où reposaient un millier de petits noms en papier : ceux des filles. On aurait pu entendre une mouche voler mais je n'avais pas peur. Jusqu'à ce qu'elle retourne à son micro et lise le nom :

«Adriane Gabrielle Kot !»

Les filles tournèrent la tête vers moi. J'avançais comme dans un rêve, me pinçant discrètement pour vérifier que je n'allais pas me réveiller. Deux pacificateurs me poussèrent violemment vers l'avant pour que j'avance plus vite et j'entendis une voix crier mon nom. André ? Jules ? Je me stoppais d'un seul coup et me tournais vers la voix. C'était André. Il courut vers moi et je me blottis dans ses bras. Les pacificateurs m'attrapèrent et m'arrachèrent à lui. Je me débattis mais ils m'emmenèrent tout de même jusqu'au pied de l'estrade et me lachèrent. Je montais les marches menant à la scène sous la pression de leurs armes dans mon dos alors que Finnick m'adressait un sourire pincé. La femme du Capitole m'aida à monter les dernières marches et me ramena du côté gauche du micro. Elle se dirigea immédiatement vers l'urne des garçons et j'eus à peine le temps de croiser les doigts pour mon frère et André qu'elle annonçait le nom :

«Julian Cavendish !»

Je sentis les larmes me monter aux yeux. Ils ne partiraient pas, j'avais de la chance. Mais je ne voulais pas y aller, je ne voulais pas qu'il me laisse. Julian, un garçon de 17 ans, ami de mon frère, monta sur l'estrade et me serra la main comme on nous le demandait puis on nous entraîna à l'intérieur de la mairie.
J'eus à peine le temps de dire "ouf" que mes parents, ma tante et mon frère débarquaient dans la pièce où je me trouvais. Mon frère me pris dans ses bras alors que ma mère se faisait consoler par ma tante. Jules me dit :

«Tu te souviens de ces journées où on tirait au couteau pour rigoler ? Ben il est temps de t'en servir ! Tu dois revenir Adri', pour moi...»

Mon père me serra dans ses bras, me promettant que j'allais gagner avant que ma tante n'arrive pour me donner quelques autres conseils médicinales. Mais au bout de dix minutes, ils durent partir. Ma mère me serra dans ses bras et je la suppliais de ne pas pleurer, de ne pas se faire de soucis. On me l'arracha et on referma la porte. Je n'entendis pas le verrou tourné et je fis la première chose qui me passa par la tête. Je sortis discrètement et me faufilais dans le couloir, dans le dos des pacificateurs. Je vis une touffe blonde qui attendais non loin. Il leva la tête, les yeux embués et je le reconnus. Je lâchais un petit cri. Les pacificateurs se tournèrent vers moi et cherchèrent à m'attraper mais une nouvelle fois, je courus dans les bras de André. Il me serra fort et me chuchota rapidement dans l'oreille :

«Adriane. Tu vas gagner, tu le dois. Pour moi. Ne les laisse pas te changer, n'abandonne jamais. Quoi qu'ils te fassent, continue et gagne. Ils ne peuvent rien contre toi. Tu m'entends ? Rien. Tu dois me le promettre Adri'. Promets moi que tu vas gagner pour moi et revenir. Promets le !»

Je le regardais dans les yeux et l'embrassais. Les pacificateurs m'arrachèrent de force et attrapèrent André. Je le vis se débattre dans leurs bras jusqu'à ce qu'ils s'y mettent à plusieurs pour l'immobiliser complètement. Je voulus aller l'aider mais deux autres m'attrapèrent et me forcèrent à regarder. Je les vis s'amener avec un revolver. Ils le pointèrent sur sa tempe et l'un d'eux nous dit :

«Une dernière parole les amoureux ?»
«Je te le promets André ! Je te le promets et je t'aime...»
«Adriane... Je t'aime, ne l'oublie pas alors gagne et sois heureuse. Ne laisse plus jamais ça arriver.»

Il avait à peine achever ses mots que le pacificateur tira. Je hurlais et vis André s'écroulait. Ils me lâchèrent et je me précipitais auprès de lui, à genoux. Je tremblais, je pleurais, je devais hystérique. Je lui fermais les yeux et déposais un baiser sur son front. On me saisit et je me laissais emporter, saisie d'une rage nouvelle : j'allais me battre, gagner et mettre fin à ces jeux. Pour lui.

On me fit monter à bord du train et je rentrais dans le wagon salon. Julian avait l'air triste et déprimé. Je m'approchais de lui et lui souris. Finnick était là et Mags aussi. Elle m'adressa un regard plein de compassion et elle me fit penser à ma grand-mère. Je voyais dans leur regard qu'ils avaient tout entendu, qu'ils savaient et avaient décidé de ne pas m'en parler. Je ravalais mes larmes et demandais à Finnick de nous coacher. Mon objectif était clair pour tous : tenir ma parole.
Le voyage dura deux jours. Ou un peu moins, je ne sais pas trop. J'écoutais les conseils de Finnick, ce qu'il savait des jeux exactement et emmagasinais tout mine de rien. Il nous demandait des informations pour mieux nous aider. J'étais fière de l'avoir comme mentor, il était gentil sous ses airs de beau parleur. Mags, elle, ne disait pas grand chose mais dès que j'avais besoin de réconfort, elle était là pour moi.

Le Capitole était une ville immense tout droit sortie des imaginations les plus folles. Gigantesque, sublime. Quand nous sommes arrivés à la gare, les habitants nous regardaient, nous acclamaient déjà. Je savais qu'ils avaient vu les rediffusions de la Moisson que Finnick m'avait forcé à regarder. Je ne voulais pas savoir qui devrait mourir pour que je tienne ma parole. André n'aurait pas du mourir pour moi. Tout était parti avec lui : ma joie, mes souvenirs, mon amour...
Toujours est-il que les 22 autres tributs allaient du gosse de 12 ans au carrière de 18 ans bien formé. C'était peut-être ceux-là que je redoutais le plus. Mais je n'eus pas le temps de toute suite m'en préoccuper. A peine arrivée, on m'envoya à mon équipe de préparation. Une fois sortie de leurs mains, j'étais épilée, lavée, rincée, poncée et je ne sais quoi d'autre. On m'abandonna à ma styliste qui me regarda de haut en bas puis m'adressa un sublime sourire. A part ses cheveux bleus assortis à son maquillage et son vernis, elle m'avait l'air normal. Elle me montra ma robe, couleurs embruns. Elle était magnifique et je ne pus m'empêcher de pousser un "Oh!" admiratif. Elle m'habilla et me mouilla savamment les cheveux pour que j'ai "l'air de sortir de la mer" et je cite ! Elle me donna quelques consignes sur comment me tenir et me laissa pour aller discuter avec le styliste de Julian. J'allais retrouver celui-ci en grand entretien avec notre mentor. Il me détailla, sourire aux lèvres et me complimenta. Je savais que tout le monde nous regardait à cause du cinéma que j'avais fait à la Moisson mais je décidais de m'en moquer, montais sur le char et pris la main de Julian qu'il me proposait, la serrant fort.
Le Cirque était gigantesque, comme toute la ville. Je ne lâchais pas la main de mon partenaire de tout le long. La foule me faisait presque peur à hurler, nous acclamer mais je décidais de les oublier et me contentais de sourire. Le président Snow nous fit un petit discours et nous repartîmes vers le garage. Là, on nous conduisit bien vite dans un ascenseur qui nous emmena dans nos appartements. Je passais une nuit blanche, ne pouvant dormir. Dès que je fermais les yeux, je voyais André mourir encore et encore.

La semaine d'entraînement passa comme les 15 premières années de ma vie. Je n'avais jamais vu quelque chose d'aussi long. Malgré les conseils de Finnick, je décidais de ne pas m'accoquiner avec les carrières et Julian suivit mon avis au grand damne de notre mentor. Mags semblait au contraire contente de la chose ce qui me fit rire. Je décidais quand même d'aller parler aux tributs du district 3. Ils avaient 15 et 17 ans et le plus vieux me faisait penser à mon frère. Ils étaient gentils et ça m'allait très bien.
Le jour de notre évaluation, je décidais de faire quelques lancers de couteaux avec un parcours. Mes talents médicinaux, j'allais les garder pour moi. J'obtins un bon 9 et Julian eut droit à un 10. Ne restait plus que l'interview...
Les tributs rivalisaient de talents : drôle, arrogant, détaché... Finnick m'avait demandé d'être la petite fille marrante, déterminée mais attachante. J'étais jolie dans ma robe couleur océan, on aurait dit des vagues. Caesar me le fit remarquer et j'en riais. Il continua avec ma Moisson, la scène que j'avais faite et me demanda ce qui m'était passé par la tête.

«Je ne sais pas. Je ne voulais pas quitter mon district, ma famille, mon petit ami» répondis-je.
«Vous le retrouverez à la fin des jeux» me dit-il.
«Je ne pense pas... Il est mort.»

Ma phrase s'acheva dans un sanglot et tout le monde parut s'attendrir. Caesar me souhaita bonne chance et ce fut le tour de Julian.
La dernière nuit, Julian vint me rejoindre dans ma chambre. Il s'assit sur mon lit et commença :

«Adri'... Il faut que je te dise quelque chose.»
«Vas-y, je t'écoute» dis-je en me redressant.
«A la mairie, avant de venir te voir, André est venu me voir moi.»
«Quoi ? Pourquoi ? Pourquoi tu ne l'as pas dit plus tôt ?»
«Parce que tu l'as vu mourir... Mais puisque tu comptes gagner... Je dois te le dire. Il m'a demandé de te protéger à n'importe quel prix... Il m'a demandé de t'aider à gagner.»
«Et tu comptes faire quoi ?»
«Je n'ai qu'une parole. Et je n'ai plus rien. Ton frère aussi me l'a demandé tu sais...»
«Tu n'as pas à faire ça pour moi tu sais.»
«Adriane Gabrielle Kot. Tu es un peu comme ma soeur... Je ne te laisserais pas mourir et ne comptes pas sur moi pour te tuer ou te laisse te faire tuer.»

Sur ce, il me serra dans ses bras. Nous continuâmes à discuter pendant un moment jusqu'à ce que je m'endorme dans ses bras. Nous étions tous les deux fatigués et nous avions besoin de sommeil... Nous avons dormi jusqu'à ce que l'on vienne nous chercher.
Et puis le grand jour est arrivé. Mags m'a serré dans ses bras et m'a dit qu'elle comptait me faire revenir, que je n'avais qu'à être moi-même pour survivre. Finnick m'a donné quelques derniers conseils et m'a ensuite abandonné à l'hovercraft. Là, on m'enfonça mon mouchard dans le bras et on me laissa ensuite dans une salle où ma styliste se trouvait. Elle m'habilla et me dit :

«Je crois en toi. Travailler avec toi a été un vrai plaisir et je compte bien t'habiller encore longtemps princesse.»

Je riais et la pris dans mes bras. Je montais ensuite dans le tube alors qu'on me montait dans l'arène. Je débarquais dans un champ, une forêt à droite, une montagne à gauche, la mer derrière moi vu l'odeur de sel régnant ici. Je ne savais pas si je devais aller à la corne d'abondance, Finnick me l'avait interdit mais je repérais un jeu de couteaux tout près. Je repérais Julian qui me sourit et, alors que le coup d'envoi retentissait, je m'élançais vers les couteaux, les attrapant juste avant la fille du 6. Je courus loin d'elle, pris un sac et fonçais vers la forêt du côté de la mer.
Je courus pendant une bonne heure puis me rendis à l'orée de la forêt, près de la mer. J'entendis alors des bruits de pas et me mis en position d'attaque mais j'aperçus un grand brun musclé : Julian. Il tenait un trident et un harpon et je me mis à rire. Il me prit dans ses bras et m'emmena un peu plus loin dans la forêt. Il m'annonça qu'au moins un carrière était mort. Je poussais un ouf de soulagement avant de comprendre que c'était lui qui l'avait tué et que c'était pour cela que son harpon était déjà tâché de sang. Je ne dis rien mais il me tendit d'autres couteaux.

«J'ai pensé à toi en les voyant. Prend-les ça te sera utile.»

Je hochais la tête et le serrait dans mes bras. Le combat devait encore avoir lieu puisque aucun coup n'avait été tiré. Nous en profitâmes donc pour regarder le contenu du maigre sac que j'avais ramassé dans ma fuite. Des barres de céréales, une gourde avec une lotion pour rendre l'eau salée potable et c'était tout. Je soupirais et me rendis sur la plage pour remplir la gourde. Les coups commencèrent alors à retentir. Je m'arrêtais et en comptais 9. Plus que 13 adversaires dont seulement 3 carrières ce qui m'arrangeait bien. Je revoyais leur visage danser sous mes yeux, leurs tentatives pour sympathiser avec nous et nous intégrer à leur "équipe" mais déjà prêts à nous achever...
Julian décida de monter le campement sur la plage, à l'orée de la forêt pour être prêt à fuir. Je l'aidais à mettre en place l'abri et allais m'asseoir entre ses jambes, face à la mer une fois la chose finie. Nous avons attendu que la nuit tombe et que l'hymne retentisse pour savoir qui était mort. Le garçon du 2, les deux tributs du 5, la fille du 6, celle du 8, le garçon du 9, ceux du 10 et la petite du 12. Je déglutis avec peine. Je les avais tous vu plus ou moins à l'entraînement et la petite du 12 n'avait que 13 ans. J'avais de la peine pour elle, imaginant comment elle avait pu mourir. Mais un coup de canon retentit et la fille du 3 arriva en trombe vers nous. J'eus à peine le temps de me mettre debout en saisissant mes couteaux que je compris qu'elle était pourchassée. Par réflexe, Julian se mit devant moi mais je le poussais et fut la première à planter mon couteau dans le ventre de la fille du 1. Elle me regarda mauvaisement et continua d'avancer mais elle perdait du sang, beaucoup de sang. Je saisis un autre côté et j'allais le lancer quand mon partenaire m'arrêta et me dit :

«Tu ne veux pas avoir sa mort sur ta conscience, crois-moi.»

Je soupirais, sachant qu'il disait vrai. Il s'avança vers elle et par réflexe, je me tournais dos à lui, dos à elle, dos à eux et face à la mer, mon refuge depuis toujours. J'entendis un petit cri et le coup de canon retentit. La fille du 3 fondit en larmes et nous expliqua que le garçon de son district, qui était bien son frère, avait été tué. Elle était blessée à la jambe et ça ne m'avait pas l'air terrible. Julian me regarda et je compris : il fallait que je la soigne... Elle était venue nous trouver nous, ce n'était pas pour rien et je le savais car elle venait de l'autre côté puisque les tributs du 3 étaient partis à notre opposé, je les avais vu.
Je demandais à mon ami d'aller chercher de l'eau et de la purger avec ce qu'on avait pour le faire. J'allais ensuite chercher quelques plantes s'apparentant à de la mousse pour absorber le sang. Je pris ensuite des feuilles aux vertus médicinales qui aidaient à la cicatrisation et en fit un bandage avec un bout de son pantalon que j'avais du arracher jusqu'au genou. C'était trop précaire. La blessure allait s'infecter si elle ne cicatrisait pas assez vite et c'était profond. Mais je ne voulais pas le dire. Je préférais paraître sûre de moi, comme ma tante me l'avait appris...

Un jour passa. Puis deux. Puis trois. Puis quatre. Quelques coups de canons retentissaient et nous n'étions plus que 8 quand les juges parurent se lasser de ce jeu de cache-cache. Nous menions presque une vie tranquille sur la plage et ça n'a pas du leur plaire...
Je me levais un matin pour aller nettoyer la plaie de la fille du 3 avec de l'eau de mer que je comptais purger de son sel quand je repérais un signe courant chez nous à la saison des pluies. La marée était trop haute par rapport à l'heure et au cycle de lune. La mer était agitée et les vagues paraissaient plus grosses que les jours précédents. Alarmée, je retournais au camp et déclarais :

«Il faut qu'on s'éloigne le plus loin possible de la plage. Vite.»

Julian vit mon air affolé et regarda la mer. Son air serein changea du tout au tout et il ramassa nos maigres affaires ainsi que les quelques baies que nous avions ramassé et les poissons qu'il s'était amusé à pêcher. Il emballa le tout, m'envoya le sac et pris la fille du 3 sur son dos. Elle ne pouvait pas marcher et j'étais sûre que l'infection empirait mais je ne disais rien, la rassurant dès qu'elle voyait l'état de la plaie. Je ne voulais pas lui dire que ses jours étaient comptés, ça aurait été trop terrible.
Je fermais la marche, jetant de fréquents coups d’œils dans mon dos alors que nous nous éloignions au pas de course vers la plaine où se trouvait la Corne d'abondance. Je demandais à Julian de rester dans les fourrés et de contourner pour aller de l'autre côté de l'arène et soudain, je l'entendis. La vague arrivait, j'avais vu juste. Ils comptaient envahir une partie de l'arène pour nous empêcher de nous y cacher. Un coup de canon retentit puis un autre. Plus que 6. Je me mis à courir mais je voyais bien que Julian ne pouvait pas continuer. Il était costaud mais on marchait depuis une bonne heure et il fatiguait. Je pris sa main et l'emmenait autoritairement à la Corne d'abondance. Nous avons débarqué dans la plaine où se trouvait les deux derniers carrières. Ils nous regardèrent et la fille banda son arc. Je me penchais et criais à mon ami de faire de même. Malheureusement, il venait de faire descendre de son dos la fille du 3 et j'entendis un coup de canon. Je me retournais, craignant que ce soit lui mais je vis notre alliée par terre, une tâche de sang s'étendant sous elle, une flèche plantée dans le cœur. C'est qu'elle visait bien cette pétasse du 2 !
Je m'approchais en rampant dans les hautes herbes et lançais un couteau dans son front. Elle ne le vit pas arriver et au bout de deux petites minutes, un autre coup retentit. Plus que 4. Le dernier carrière s'enfuit dans la direction opposée. Je me relevais et lui criait :

«Quel courage !»

Mais je compris qu'il avait vu que nous étions armés et lui, il n'avait plus qu'une épée qui ne lui servait à rien de loin. Il pouvait toujours essayer de nous la jeter dessus mais je ne voyais pas bien l'utilité pour le coup. Avec un peu de chance, il allait tuer le dernier tribut, revenir et à ce moment, je le tue et on voit ce qu'on fait Julian et moi... C'était aussi simple que ça mais je voyais bien que mon ami pensait la même chose, il pensait même à mourir pour moi alors... Je me rendis à la Corne d'abondance, montais dessus et m'assis au milieu pour voir arriver nos ennemis.
Il vint s'installer à côté de moi et je sentais que nous allions avoir droit à une discussion et par dessus le marché, avec ce qu'on allait certainement se dire et étant parmi les trois derniers, les spectateurs allaient adorer.

«Tu sais que je ne te laisserais pas mourir» commença-t-il.
«Je m'en doutais bien oui. Je ne comptais pas te demander ton avis de toutes manières...»

Il rigola. Un rire nerveux. Il me serra dans ses bras et nous sommes restés longtemps comme ça jusqu'à ce que je brise le silence et dise :

«Je veux que tu oublies ta promesse. Jules t'en voudra mais c'est ton ami, il oubliera. André est mort, il ne t'en voudra pas et j'irais le rejoindre...»

Je le regardais. Ce que je disais n'était pas insensé. Mais je savais qu'il ne comptait pas le faire. Jules était son ami depuis trop longtemps et je le connaissais : c'était un homme de parole. Il me répondit donc :

«Tu sais bien que je ne vais pas t'écouter. Qui es-tu ma chère petite Adriane pour me dire ce que je dois ou ne dois pas faire ? Je suis le plus vieux, JE prends les décisions et celle-ci sera ma dernière. Fin de la discussion.»

Je voulus protester. Les larmes me montaient aux yeux mais je les ravalais. Je ne voulais pas être faible, je risquerais de prendre en compte ce qu'il me disait et de le laisser se sacrifier pour moi ce qui n'était pas envisageable. Que les gens pensent ce qu'ils veulent. Non, je ne suis pas insensible et je n'ai pas pleuré comme on s'y attendait mais à quoi cela servirait ? Nous affaiblir et nous tuer tous les deux ? Mais quelle bonne idée ! Je trouvais quand même cela bizarre que nous n'ayons pas eu plus de problèmes durant nos jeux... Ca me paraissait irréel. Et puis j'ai compris. On nous avait oublier mais d'autres combats avaient eu lieu, des succulents très certainement. Maintenant, ils s'attendaient à un somptueux final. Un coup retentit et soudain, l'hymne débuta.
Il montra les morts de la journée. J'en comptais 5. La fille du 3, les deux noyés, la fille du 2 et celui qui venait de mourir : le garçon du 12. Ce district n'était peut-être pas réputé pour ses bons tributs mais il avait quand même bien combattu pour quelqu'un de sûrement sous-alimenté... Le garçon du 1 allait revenir. Revenir pour nous achever. Avec un peu de chance, il serait blessé.

La nuit tomba et j'entendis des hurlements bizarres. Je n'en avais jamais entendu de cette sorte lors des autres nuits mais peut-être ne les entendait-on pas depuis la plage ? Soudain, je vis des ombres s'avancer dans le ciel et je compris pourquoi les provisions des carrières n'étaient pas en hauteur. Leurs blessures au visage, je les avait pris pour des blessures de combat mais ce n'était pas ça. Je criais à Julian de descendre mais nous n'étions pas assez rapide. Une myriade d'oiseaux nous attaqua, nous pinçant, nous tirant les cheveux. Il fut le premier descendu et il me tira par la jambe. Je tombais sur mon poignet et hurlais de douleur. Je ne pouvais plus le bouger. Casser vu la chute de 3 mètres que je venais de faire. Julian m'aida à me relever et à me mettre à l'abri sous la Corne d'abondance. Je m'enfonçais quand quelqu'un m'attrapa par derrière, me pointant son épée sous la gorge. Il était revenu sans que nous le voyions.

«Tu bouges, elle meurt. Ce n'est pas ce que tu veux, pas vrai.»
«Ne la touches pas. Si elle meurt, toi aussi, tu le sais.»
«Non. Après, c'est entre toi et moi.»

Ils continuèrent de discuter alors qu'avec mon poignet de casser, je tentais d'attraper discrètement mon couteau dans ma manche. Je serrais les dents, me mordais la langue si fort que le sang commença à couler dans ma bouche. Et puis je finis par l'atteindre. Je le plantais dans le ventre du carrière qui lâcha un cri.

«T'as cru que ce serait si facile peut-être ?»

Je reculais vers Julian et avant que j'ai pu comprendre, le carrière enleva le couteau, visa et le lança. Je m'attendais à sortir la douleur mais rien. La mort n'était pas douloureuse. J'entendis le carrière murmurer un "merci" en riant. Je me retournais et vis mon ami tomber à genoux. Le couteau était enfoncé dans son estomac. Le jour commençait à pointer et je le tirais dehors, n'entendant plus les oiseaux qui nous avaient attaquer. Je l'allongeais dehors, dans l'herbe, me levais, pris un couteau et allais le planter dans le coeur du carrière. Un coup de canon retentit et je m'éloignais.

J'allais me pencher sur Julian et regardais si je pouvais faire quelque chose. Le couteau était planté profond. Si je l'enlevais, il perdrait son sang plus vite mais je ne pouvais pas le soigner s'il le gardait. Je murmurais :

«Ca va aller, d'accord ? Chut... Ne t'inquiètes pas, ça va aller. Mais il faut que je l'enlève, d'accord ?»

Tout en disant cela, je plaçais ma main autour du manche. Mon couteau l'avait tué. Mes yeux s’embuèrent alors que je tirais sur le couteau. Le sang coula plus vite et je pris un bout de mon t-shirt pour arrêter l’hémorragie. Je pleurais tout en appuyant aussi fort que je le pouvais. Je tremblais, faisait des gestes mécaniques inutilement. Julian attrapa ma main.

«Arrête. Allonges-toi avec moi. S'il te plaît.»

Je pleurais et ne voulais pas arrêter. Il répéta et je sentais qu'il avait du mal à parler. Alors j'obéis, comme une enfant. Je m'allongeais à côté de lui et il passa son bras autour de moi. Je me blottis dans son flanc sanglant et il continua à me parler doucement, pour me calmer. Il allait mourir et il ne pensait qu'à me calmer.

«Tu sais, ça fait même pas mal.»

Il rigola doucement, nerveusement et continua en m'embrassant le front.

«Tu sais, je n'aurais jamais pu briser ma parole. C'est pas mon genre. Je suis content que ce soit toi qui gagnes. Dis à ton frère qu'il était mon meilleur ami, mon frère. Toi et lui, vous êtes ma seule famille. Ne l'oublie pas, ne m'oublie pas. C'est ma dernière volonté : ne m'oubliez pas. Promets moi que tu feras tout pour résister, combattre et empêcher que ça se reproduise...»

Je me blottis plus fort contre lui. Il me serra un peu plus et pencha la tête vers moi. Il m'embrassa doucement sur le nez. Puis il prit conscience que je n'avais pas répondu et me secoua :

«Adriane, promets le moi. J'en ai besoin. Promets le moi !»
«Je te le promets» sanglotais-je.

Il me sourit et m'embrassa une dernière fois sur le front, comme mon frère le faisait. Et puis j'entendis le canon. Sa main se desserra imperceptiblement. Je me mis à pleurer et me blottis contre lui. Je fermais ses yeux de ma main et fermais les miens. Jusqu'à ce que j'entende le Haut Juge déclarer :

«Mesdames et Messieurs, la gagnante des 73ème Hunger Games : Adriane Gabrielle Kot !»

Je m'endormis, épuisée, espérant ne jamais me réveiller. Mais je me réveillais quand même dans un hovercraft, entourée de mes mentors et de mon équipe de préparation ainsi que ma styliste. Finnick, ma styliste et Mags souriaient tristement, les autres montraient une grande joie. Mes trois préparateurs me serrèrent dans leurs bras puis vint le tour de Kayla, ma styliste et de Mags qui me sécha mes larmes. Finnick ouvrit ses bras et son regard ressemblait tellement à celui que m'avait lancé Julian avant de mourir, celui d'un grand frère, que je courus m'y réfugier. Il me caressa les cheveux tout en me rassurant :

«Chut... C'est fini... Chut.... Il n'a pas souffert, ne t'en fais pas... Chut...»

Mes larmes redoublèrent mais quand on me dit que l'on arrivait au Capitole, je séchais mes larmes et on m'emmena dans le centre de préparation. On me soigna mes blessures aux poignets, on tenta de me ressouder l'os du poignet mais il allait falloir plus de temps que ça. On m'effaça toutes traces de l'arène et puis on trouva un bracelet dans ma main. On voulut me l'enlever mais je le serrais si fort dans ma main qu'on renonça. C'était celui d'André, celui qu'il portait depuis notre enfance. Je lui avais pris le jour de sa mort et je ne l'avais jamais lâché. Il était toujours sur moi sans que personne ne s'en aperçoive. Seul Julian m'en avait fait la remarque et il m'avait confié le sien aussi. Je les passais tous les deux à mon poignet de nouveau en faisant deux tours et attendis qu'on finisse de me préparer.
Kayla arriva et me montra ma robe. Je fis semblant de m'y intéresser mais elle voyait que ce n'était pas la peine. Elle était de la couleur de l'eau comme quand il y avait de l'orage. Elle me donna des instructions : ne lève pas les bras, ne bouge pas trop sauf quand je te ferais signe. Je ne savais pas pourquoi mais je l'écoutais et suivis ses instructions à la lettre lorsque l'interview avec Caesar arriva.

«Bienvenue Adriane ! On vous revoit tôt dites-moi !»
«Je suis sûre que vous n'auriez pas parier sur moi Caesar !» dis-je en riant.

Mais mon rire n'avait plus rien de chaleureux. Je voyais mon ami partout, n'ayant connu ces endroits qu'avec lui. L'interview passa comme dans un songe et encore maintenant, je suis incapable de restituer toute notre conversation, je refuse qu'on me la montre. Je sais qu'on y parle de l'arène, d'André, de Julian, de leur mort et voilà tout.
On m'emmena au grand Cirque où je rejoignis la tribune où se trouvait le président Snow. Il me demanda de me lever pour me couronner et me fit avancer pour qu'on me voit. Kayla me fit un petit geste et je levais les bras d'un seul coup. On aurait dit qu'une vague énorme déferlait sur moi. Je rabattis les bras et mes bras se rabattirent. On m'acclama mais je ne m'occupais pas de cette foule.

Mon retour au district se fit dans le plus grand bonheur de ma famille. Je vis Jules en premier. Il me serra dans ses bras, ne paraissant pas se rendre compte que je ne serais plus la même, que je ne pourrais pas sans André ni son meilleur ami. Personne d'autre n'était là et je demandais pourquoi. Jules parut hésiter et me répondit sur le chemin du retour :

«Papa est mort... Il a essayé de se rebeller contre ton départ et ils l'ont... Tu vois quoi. Alors maman est à la maison et notre tante s'occupe d'elle.»

Je déglutis avec peine. André, Julian, mon père. Qui d'autre allait mourir parmi mes proches ? Jules voulut me ramener à la maison mais on m'intercepta et on m'envoya dans l'une des maisons des vainqueurs, la maison voisine de celle de Finnick. Il vint me voir directement, emmenant Annie et Mags avec lui. Jules vint me voir un peu plus tard et me proposa d'emménager avec moi. J'acceptais en pleurant et je passais les nuits du mois suivants à dormir avec lui, faisant bien trop de cauchemars. Toujours la même chose : l'arène et 22 tributs morts-vivants voulant ma peau. Je trouvais Julian qui me disait vouloir me mettre en sécurité mais d'un coup, il tentait de me tuer alors que André lui prêtait mains fortes sous les ordres de mon père. Je me réveillais en hurlant.
La seule chose qui me faisait tenir, c'était ma famille, le fait de vouloir aider ma mère. J'avais Jules, j'avais Finnick, Annie et Mags. Ma nouvelle famille. Je ne sortais presque plus et puis la tournée des vainqueurs est arrivée.
C'est passé à une allure extraordinaire et je n'ai même pas envie d'en parler. Décrire les 12 districts en deuil, à quoi bon ? Décrire chaque petit mot que j'ai dit aux familles des autres tributs ? Inutile. La fête au Capitole était grandiose et on me fit beaucoup d'avances que je repoussais. J'étais jeune, on me le pardonna.

Et vint le district 4, mon district. Tout le monde faisait la fête mais une famille n'avait pas le coeur à ça. J'allais voir les parents de Julian et bizarrement, ils m'accueillirent à bras ouverts, m'assurant qu'ils étaient fiers de leur fils, de moi et que je devais tenir ma promesse. Les parents de André vinrent aussi et m'apprirent que André avait laissé une lettre pour moi, écrite il y a bien longtemps. Je la lus d'une traite. Voilà ce qu'elle disait :

«Adriane, si tu lis cette lettre, cela veut dire que quelque chose m'est arrivé. Peut-être les Hunger Games, je ne sais pas...

Je suis désolée de t'avoir laissée mon amour. Tu sais, je voulais te dire que je t'aime. Je t'aime depuis toujours et pour toujours. Ça fait vraiment cul-cul à notre âge, je sais. Tu vas te moquer de moi *je rigolais* mais c'est vrai. Tu es la seule fille que j'ai jamais regardé. Oublie ces Amanda et ces Susan. La seule pour moi, ça a toujours été toi. Même quand on était gosses.

Je veux te dire que tu dois être heureuse, avancer, te battre. Si je suis mort dans l'arène, bats toi pour que ça n'arrive pas à d'autres. Tu es forte, la personne la plus forte que je connaisse et j'ai confiance en toi. Tu peux tout faire. Mais j'ai besoin que tu tiennes cette promesse de quand on était enfants : "Je n'abandonnerais jamais ce que je crois bon". Fais-le, bats toi pour ce en quoi tu crois. Même de là où je suis maintenant, je m'occupes de toi, j'ai foi en toi.

Je garde un œil sur toi ma princesse.

Ton ange qui t'aime,
André.»


Alors j'ai tenté de me relever mais c'est Finnick qui m'a vraiment sortie de ma torpeur. Il est arrivé un jour et m'a dit :

«Ca suffit Adri' ! Tu viens avec moi, on va faire un tour en mer !»

Je ne rechignais pas, je l'écoutais. C'était ça qu'il me reprochait, être devenue trop passive. Une fois sur le bateau, il me proposa une petite nage. Je plongeais avec lui et une fois au large du bateau, il commença :

«Ecoute, tu ne peux pas continuer à te morfondre. Tu crois que de là où ils sont André et Julian sont contents de te voir comme ça ?»
«Ne parle pas d'eux ! Tu ne les connaissais pas et tu as aidé Julian à me garder en vie à ses dépens !» protestais-je.
«Peut-être oui mais vous n'auriez jamais survécu sans...»
«Sans quoi... Sans les parachutes que tu lui envoyais discrètement ? Tu croyais que je ne l'avais pas remarqué ?»«Adriane... Tu dois te battre pour ce en quoi tu crois. Je sais que André te l'a demandé, j'ai vu la lettre. A ton avis, de quoi parlait-il ?»
«Qu'est-ce que je peux bien en savoir moi ? Il avait 12 ans, il a dit ça comme ça !»
«Non. Il parlait de mettre fin à la dictature du Capitole, aux Hunger Games. Et on peut le faire. Grâce au District 13.»

S'ensuivit une longue discussion sur le pourquoi du comment. Je ne comprenais pas tout mais je compris une chose : j'avais fait une promesse à André. J'en avais fait une à Julian. Je devais me battre pour que ce qui leur était arrivé n'arrive plus jamais. Dès ce moment, Adriane la rebelle fut de retour avec ses idées arrêtées, ses objectifs, sa tête de mule, sa grande gueule et surtout, ses promesses bien en tête. Je n'ai qu'une parole et je compte bien la respecter jusqu'à la fin. Jusqu'à ma mort. Je le leur ai promis.

LA RÉBELLION:

Parle-nous un peu de la Rébellion, où étais-tu à ce moment-là? Faisais-tu parti(e) de la résistance? Essayais-tu seulement de survivre comme tu le pouvais? Que t'évoque le Geai Moqueur ? Le Capitole? La présidente Coin? Le District 13 en général? La nouvelle politique de Paylor? Ancien Tribut, comment as-tu survécu à la Purge?


Depuis ma victoire, j'ai rejoint les rebelles grâce à Finnick. J'en ai aussi fait profiter mon frère et depuis longtemps, nous nous préparions à LA révolution. Nous avions mis en place un réseau secret et nous connaissions même les taupes du Capitole et des autres districts. Ben oui, Finnick me disait pas mal de choses et il était considéré comme le chef de rébellion de notre district jusqu'à l'édition d'expiation... Quand nous avons appris que deux d'entre nous devraient retourner dans l'arène, nous étions d'accord pour que je n'y aille pas et que j'aide à la mise en place de la révolte du district 4.
C'est donc ce que j'ai fait en aidant à la planification de la sortie de Finnick de l'arène dès que possible. J'étais son mentor au capitole pour cette édition et l'on m'a envoyé au district 13 en même temps que lui, une fois leur évasion réussie. Très vite, ils ont compris que j'y étais inutile. Je tournais en rond, je détestais être sous terre et il me manquait mon frère ce qui me rendait à cran. On m'a donc renvoyée dans mon district pour aider à la révolte. J'étais chef d'une équipe d'élite et je participais à la prise du District. Nous avions presque terminé mais un jour que je me rendais sur une des dernières opérations, j'ai entendu deux pacificateurs cachés parler de moi et des vainqueurs encore présents. Ils devaient nous éliminer.
Je courus me cacher dans une cave que je savais abandonner puisque ses habitants étaient morts pendant la révolte et j'y restais trois jours sans manger, entendant des bruits de combat. Je voulais y aller mais je devais rester en vie. Je l'avais promis à André. Et puis j'ai fini par sortir. J'ai rejoint mon campement et on m'a appris que les vainqueurs du District 4 étaient morts pendant ma désertion.
J'étais l'une des dernières vainqueurs. Mon cœur se pinça pour tous les morts que j'avais connu. Mais un vertige me pris lorsque l'on me dit que je pouvais être jugée pour avoir manqué à mon devoir de soldat et d'avoir laissé tomber mon équipe. Je dus expliquer les circonstances et heureusement, mon chef de rébellion me connaissait depuis longtemps et savait que jamais je n'aurais abandonner la cause ou pu être une taupe du capitole.

On attendit plusieurs jours avant de m'envoyer au Capitole dans une équipe d'infiltrés. Je devais repérer les pièges et les désactiver. J'appris que Finnick était aussi ici mais je n'eus pas le temps de le trouver. Quand j'eus le droit d'aller le voir, on m'appris que son unité venait de partir en mission. La suite, tout le monde la connait. Il y a laissé la vie et je n'ai jamais voulu savoir ni comment ni pourquoi ni où. Mon mentor, mon second frère, mon second père, mon ami était mort. Parti. Pour toujours tout comme ma mère morte en ne me voyant pas revenir du Capitole pendant l'édition d'expiation. Tout comme mon père, mort pour ne pas laisser mourir sa fille. Tout comme André, mort parce que j'ai tenté de rester avec lui. Tout comme Julian, mort pour que je gagne. Tout comme ma tante, morte lors du dernier bombardement. Je voulus retourner au District 4 mais on me l'interdit. On décida plutôt de m'envoyer au poste de commandement... Il y allait avoir une annonce...
Je débarquais dans la salle et je reconnus tous les anciens vainqueurs encore vivants. Johanna, Enobaria, Katniss, Peeta, Haymitch, Annie. J'allais me placer près de celle-ci et la toute nouvelle présidente Coin nous demanda si nous voulions faire une dernière édition pour les Hunger Games avec les enfants du Capitole. Je votais non mais la majorité était au oui. N'avions-nous rien appris de nos anciennes erreurs ? J'avais envie de hurler, hurler que c'était mal mais je n'y arrivais pas, je n'avais plus mon mot à dire.
Le jour de l'exécution de Snow, tout le monde sait aussi comment cela s'est passé. Katniss a préféré tuer Coin et Snow est mort, étouffé. C'est la présidente Taylor du 8 qui a remporté les élections et elle a décrété les Hunger Games définitivement morts. On m'a renvoyé dans le 4.

Nous avions gagné.

L'AVENIR:

Venons-en à ta présence dans ce district/au Capitole? Qu'est-ce qui t'amène ici, si tu n'y as pas grandi? Quel rôle y joues-tu? Pourquoi ce district a-t-il besoin de toi? Qu'attends-tu des prochains mois? De tes nouveaux dirigeants? De l'avenir?


Depuis la fin de la révolution, je suis retournée dans mon District. Heureusement, mon frère est revenu avec moi. Mon combat, c'est la seule chose qui me permet de ne pas sombrer dans la dépression. Trop de personnes sont mortes autour de moi et tout est à refaire. Je suis devenue guérisseuse au district et on fait beaucoup appel à moi pour les blessés. Et puis... Personne n'oublie que j'ai quand même aidé à la rébellion alors on m'est en quelque sorte reconnaissant... J'aime me sentir utile, c'est la seule manière pour moi de ne pas devenir folle.
Mais des bruits courent que d'autres Hunger Games vont être mis en place... Tant que je vivrais, c'est hors de question et je compte bien me battre pour ça. Jusqu'à la fin, jusqu'à ma mort. Je leur ai promis. A André. Et à Julian.

ANNEXES AUX DOSSIERS:

D'autres choses à nous faire savoir ? Sur tes capacités? Sur ta vie? Sur ton environnement? Un secret peut-être que nul n'est censé connaître?


Depuis quelque temps, je me réveille, un couteau à la main, parfois au milieu de la rue. Mes cauchemars sont de plus en plus violents et puis... Un jour, j'ai cru voir André. Mais ce n'était pas lui, juste quelqu'un qui lui ressemblait... Qui lui ressemblait énormément et ça me fait peur.

_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________


«I want to told you that you must be happy, continue, fight. If I'm dead in the games, fight for the others, for making that never happened again. You're strong, the strongest person I know and I believe in you. You can do everything you want. But I need you to keep our child promise : "I will never give up what I think is good". Do it, fight for what you believe in. Even where I am now, I'm looking after you, I believe in you.
I'm looking after your my princess.» André.
♥️


Dernière édition par Adriane G. Kot le Mer 16 Mai - 16:18, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t104-peeta-c-mellarkhttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t136-peeta-c-mellark
-You love me. Real or not ?
- Real.
-You love me. Real or not ? - Real.

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 15:23

hug Bienvenue Demoiselle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 15:30

Bienvenue (:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t125-adriane-i-ll-never-give-up-as-long-as-it-s-not-over-i-won-t-give-uphttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t133-adriane-gabrielle-kot
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 15:37

Merci les loulous hug 217
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 15:43

Bienvenuuuuuuuuuuue Very Happy

(Hé, pourquoi ma signature marche pas ?)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t102-katniss-everdeenhttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t177-katniss-everdeen
Lovely roses in the garden... Dark roses... Deaded roses...
Lovely roses in the garden... Dark roses... Deaded roses...

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 15:52

C'était de ma faute Malachy j'avais mal réglé la question dans le panneau d'admin :s. Je vous laisse à tous vérifier dans votre profil=>vos préférences=> que la case signature est bien cochée ? Embarassed

Désolée.

Adriane encore une fois bienvenue à toi et n'hésite pas en cas de besoin ^^

    Pour bien commencer


    Avatar 200*320 tu mettras...
    Remplir tous les champs tu devras...
    Surveiller ton orthographe tu feras...
    Avoir lu et compris le règlement tu auras...
    Rester crédible tu devras...
    A faire appel au staff tu n'hésiteras pas...
    T'amuser tu ne manqueras pas...


    Bon jeu et bon courage à toi...

_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t125-adriane-i-ll-never-give-up-as-long-as-it-s-not-over-i-won-t-give-uphttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t133-adriane-gabrielle-kot
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 17:14

Merci Smile

_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________


«I want to told you that you must be happy, continue, fight. If I'm dead in the games, fight for the others, for making that never happened again. You're strong, the strongest person I know and I believe in you. You can do everything you want. But I need you to keep our child promise : "I will never give up what I think is good". Do it, fight for what you believe in. Even where I am now, I'm looking after you, I believe in you.
I'm looking after your my princess.» André.
♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 17:33

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t125-adriane-i-ll-never-give-up-as-long-as-it-s-not-over-i-won-t-give-uphttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t133-adriane-gabrielle-kot
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 18:34

Merci Smile

_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________


«I want to told you that you must be happy, continue, fight. If I'm dead in the games, fight for the others, for making that never happened again. You're strong, the strongest person I know and I believe in you. You can do everything you want. But I need you to keep our child promise : "I will never give up what I think is good". Do it, fight for what you believe in. Even where I am now, I'm looking after you, I believe in you.
I'm looking after your my princess.» André.
♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 20:39

Bonne chance pour la suite ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 20:41

bienvenue ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t125-adriane-i-ll-never-give-up-as-long-as-it-s-not-over-i-won-t-give-uphttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t133-adriane-gabrielle-kot
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Dim 13 Mai - 20:43

Awwwwwww Annie merci merci merci merci:) nous faudra un lien d'enfer Wink

Merci Peeta =D

_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________


«I want to told you that you must be happy, continue, fight. If I'm dead in the games, fight for the others, for making that never happened again. You're strong, the strongest person I know and I believe in you. You can do everything you want. But I need you to keep our child promise : "I will never give up what I think is good". Do it, fight for what you believe in. Even where I am now, I'm looking after you, I believe in you.
I'm looking after your my princess.» André.
♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Lun 14 Mai - 15:26

Adriane G. Kot a écrit:
Awwwwwww Annie merci merci merci merci:) nous faudra un lien d'enfer Wink

Avec plaisir ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t125-adriane-i-ll-never-give-up-as-long-as-it-s-not-over-i-won-t-give-uphttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t133-adriane-gabrielle-kot
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Mar 15 Mai - 18:29

Héhé ^^

J'ai officiellement terminé ma fiche ! superman

_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________


«I want to told you that you must be happy, continue, fight. If I'm dead in the games, fight for the others, for making that never happened again. You're strong, the strongest person I know and I believe in you. You can do everything you want. But I need you to keep our child promise : "I will never give up what I think is good". Do it, fight for what you believe in. Even where I am now, I'm looking after you, I believe in you.
I'm looking after your my princess.» André.
♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t103-johanna-mason-termine-100http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t112-johanna-mason
Make him pay for it, ok ?
Make him pay for it, ok ?

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Mer 16 Mai - 18:57

Bievenue parmi nous Wink

_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________

❝ La souffrance peut occuper une telle place qu’on en oublie le bonheur. Parce qu’on ne
se rappelle pas avoir été heureux. Et puis, un jour, on ressent quelque chose d’autre, ça
nous fait bizarre, seulement parce qu’on n’a pas l’habitude, et à ce moment précis, on se
rend compte qu’on est heureux. ❞ONE TREE HILL. ©️ CJ.POMME'


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t125-adriane-i-ll-never-give-up-as-long-as-it-s-not-over-i-won-t-give-uphttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t133-adriane-gabrielle-kot
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !
They will try to destroy you but they can't. You're stronger. Don't give up. Never. Promise it !

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Mer 16 Mai - 18:58

Merciiiii toi et moi il nous faut aussi un lien en tant que gagnantes ^^

_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________


«I want to told you that you must be happy, continue, fight. If I'm dead in the games, fight for the others, for making that never happened again. You're strong, the strongest person I know and I believe in you. You can do everything you want. But I need you to keep our child promise : "I will never give up what I think is good". Do it, fight for what you believe in. Even where I am now, I'm looking after you, I believe in you.
I'm looking after your my princess.» André.
♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t103-johanna-mason-termine-100http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t112-johanna-mason
Make him pay for it, ok ?
Make him pay for it, ok ?

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Mer 16 Mai - 19:02

Ok pas de soucis Wink

_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________

❝ La souffrance peut occuper une telle place qu’on en oublie le bonheur. Parce qu’on ne
se rappelle pas avoir été heureux. Et puis, un jour, on ressent quelque chose d’autre, ça
nous fait bizarre, seulement parce qu’on n’a pas l’habitude, et à ce moment précis, on se
rend compte qu’on est heureux. ❞ONE TREE HILL. ©️ CJ.POMME'


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
http://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t102-katniss-everdeenhttp://hungergames-rpg.forumgratuit.org/t177-katniss-everdeen
Lovely roses in the garden... Dark roses... Deaded roses...
Lovely roses in the garden... Dark roses... Deaded roses...

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   Jeu 17 Mai - 7:13

Et bien et bien :p Cette fois, tu m'as faite pleurer Very Happy.

Encore une fois bravo pour ta plume ma toute belle **

Il ne me reste plus qu'à te dire Very Happy


Félicitation, te voilà à présent citoyen de Panem,
Il ne te reste plus qu'à ouvrir ta fiche personnages: ICI, ainsi que de finir de remplir quelques champs dans ton profil si ce n'est pas déjà fait.
Nous te conseillons également, vivement, de suivre le sujet des annonces/rappels. Cela te permettra d'éviter de passer à côté d'infos capitales. Pour cela, rien de plus simple, il te suffit de te rendre ICI. En bas du tableau, juste en dessus de la ligne: "Utilisateurs parcourant actuellement le forum", tu trouveras à droite le lien suivant: "surveiller les sujets de ce forum". Il te suffira alors de cliquer dessus. Tu seras par la suite averti par mail si jamais de nouveaux messages sont postés dans cette rubrique. Enfin et parce que ton profil sera bien plus sympa comme ça, rendez-vous ICI pour finir de le mettre en place avec nous...
Après si tu ne sais pas par où commencer tu peux toujours te diriger vers le marché: ICI.
De la même manière le forum fonctionne sur système de points que l'on nomme ici Tesserae, tu trouveras le nombre de Tesserae à ton actif dans ton profil, sous l'avatar, dans le champ "Tesserea". Ces points te permettront d'avoir accès à certains privilèges tels qu'un double compte ou encore la création d'un scenario. Tu trouveras le système en détaillé ICI. RPs (n'oublie pas Wink avec un minumum de deux réponses par mois), flooder, grapher, et voter pour les tops sites t'apporteront les points dont tu auras besoin pour aider ton district à se développer et pour pouvoir dépenser des Tesserae...

Dans tous les cas le flood et les jeux te tendent les bras et sont un bon moyen de faire connaissance ^^. Personne ne mord ici (enfin on se retiendra promis :p), on a vérifié pour toi Wink, alors n'hésite pas à poser des questions, et à demander des sujets et des liens.

En te souhaitant beaucoup de plaisir parmi nous...
Have Fun.

N'hésite pas en cas de besoin Wink

_______H.U.N.G.E.R_G.A.M.E.S_________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»   

Revenir en haut Aller en bas
 

Adriane ✖ «I'll never give up. As long as it's not over, I won't give up.»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» Get up and never give up... [PV Raphaël]
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» TRISTAM ✎ nobody can give you equality, or justice, or anything. if you're a man, you take it.
» [Event & Libre] Give me liberty, or give me death

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNGER GAMES™ RPG :: Bienvenue à Panem :: Les Rescapés... :: Les Citoyens de Panem... :: Les Rebelles du Geai Moqueur-


GENESIS | VELUSIA | ABYSSES | CHERRY | OBSESSION
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit